L’ONU s’inquiète de la dissémination d’armes biologiques, nucléaires et chimiques

sigles NRBCIl devient de plus en plus évident que les groupes terroristes ont accès aux Armes de Destruction Massive, notamment NRBC. Ces derniers disposent de moyens financiers parfois colossaux qui leur permettent d’acheter à peu près tout sur le marché noir. Certains groupes ont également mis à sac des villes entières avec la possibilité de récupérer différents agents de nature NRBC, comme les 40 kg d’uranium volé à l’Université de Mossoul en 2014…

La véritable question n’est donc pas si « une attaque est envisageable », mais plutôt « où et quand elle se produira ! »

Source: Sputnik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *